A l’ombre du Portique
Grande Loge de France - Site de la Loge Maçonnique N° 427 inscrite à l’Orient de Paris sous le titre distinctif "Le Portique"

Categories

Accueil > Presentation > Les origines de la FM moderne

Les origines de la FM moderne

lundi 4 juin 2012

Le 24 juin 1717, jour de la fête de la saint Jean, quatre loges londoniennes (« L’Oie et le Grill », « Le Gobelet et les Raisins », « Le Pommier » et « La Couronne ») se réunirent dans la taverne à l’enseigne « The Goose and Gridiron » et formèrent la première grande loge, la « Grande Loge de Londres et de Westminster ».

Ce groupe sera plus tard appelé, informellement, les « Moderns ». Il s’appuiera quelques années plus tard sur les constitutions publiées en janvier 1723 par le pasteur écossais presbytérien James Anderson avec l’appui du pasteur et scientifique anglican d’origine française, Désaguliers. Ce groupe opérera une synthèse entre la maçonnerie anglicane du « Rite des Anciens Devoirs » et la maçonnerie d’origine calviniste du « Rite du Mot de maçon », substituant à ces deux rattachements confessionnels un rattachement plus vaste au concept de « religion naturelle » en vogue dans les milieux intellectuels de ce 18 iéme siècle naissant, qui fut le siècle des lumières, cad le temps de la modernité, de l’autonomie du sujet, de la liberté de conscience, de la remise en cause des dogmes religieux et des institutions aristocratiques oppressantes.

Quelques années plus tard autour de la loge de York puis autour d’autres loges londoniennes, une autre grande loge anglaise, sous le nom de Grand Lodge of Ancient Masons, se forma et s’opposa à la première, à laquelle elle reprochait d’avoir déchristianisé le rituel. Elle s’appuiera sur les constitutions de Laurence Dermott (Ahiman Rezon - 1751) et inspirera à son tour un certain nombre de loges en dehors du Royaume-Uni, ainsi que dans les colonies d’Amérique du Nord.
À l’époque des guerres napoléoniennes et du premier affrontement des empires européens, les deux grandes loges britanniques se rassemblèrent en 1813 autour d’une nouvelle obédience, nommée Grande Loge unie d’Angleterre (United Grand Lodge of England) dans un « traité d’union » d’inspiration plus « ancienne » que « moderne », c’est à dire plus religieux.

De l’importance d’un homme de science un peu oublié : Jean-Théophile Desaguliers.

Protestant d’origine Française, ami, voire secrétaire de Newton il est d’une famille ayant fuit la France juste avant la révocation de l’Édit de Nantes. Arrivé à Oxford, il se passionne pour la nouvelle philosophie expérimentale (la physique) et les théories newtoniennes. Il succède au Dr. Keill comme conférencier en philosophie expérimentale à Hart Hall en 1710. Le 4 juin de cette année, JT est ordonné diacre (anglican) par l’évêque de Londres, le Dr. Henry Compton. Le 2 mai 1712, il est reçu au grade de Maître ès-arts et continue son enseignement à Hart Hall.
Le 14 octobre 1712, il se marie avec Joanna, une fille de William Pudsey de Kidlington (Oxfordshire). Le mariage a lieu dans l’église de Shadwell (East End, Londres). Après son mariage, en 1713, Desaguliers revient à Londres qu’il avait quittée en 1694. Il habitera Channel Row, Westminster. Recommandé par le Dr Keill, il succède à Francis Hauksbee(1666-1713) comme démonstrateur pour la Royal Society. En 1714, après quatre années de travail pour cette Société, il y est reçu membre (le 29 juillet) sans payer de droit d’entrée, présenté par Isaac Newton, alors président en exercice depuis 1703 (et qui le sera jusqu’à sa mort, le 31 mars 1727, à 84 ans). Il devient alors un ami de Newton.

En 1717, il crée, avec le pasteur anglican James Anderson et d’autres francs-maçons, la Grande Loge de Londres, par fusion de quatre loges de cette ville. Ils abandonnent la maçonnerie opérative pour lui substituer définitivement la maçonnerie spéculative moderne. Le 8 décembre 1717, il est ordonné prêtre (anglican) à Ely House, par l’évêque d’Ely.

Il est le premier à percevoir l’ampleur de la révolution newtonienne tant pour la physique que pour la représentation du monde. Il développe ces idées et les fait connaître du grand public dans son Cours de philosophie expérimentale. On lui proposera la position de démonstrateur et de curateur des expérimentations. Durant le reste de sa carrière il propagera les idées scientifiques de Newton et leurs applications technologiques.
Cette philosophie naturaliste 4 inspire fortement les Constitutions des Francs Maçons qui sont compilées par le pasteur James Anderson et qui paraissent avec une dédicace de Desaguliers. C’est le texte que la toute récente Grande Loge de Londres (créée en 1717)— dont il est élu Grand-Maître en 1719 — adopte pour règle en 1723, fondant ainsi la Franc-maçonnerie moderne. Ce texte sera remplacé en 1815 par les nouvelles Constitutions dont se dote la Grande Loge unie d’Angleterre, créée en 18135.
 
À Oxford, il se passionne pour la nouvelle philosophie expérimentale (la physique) et les théories newtoniennes et il succède au Dr. Keill comme conférencier en philosophie expérimentale à Hart Hall en 1710. Le 4 juin de cette année, JT est ordiné diacre (anglican) par l’évêque de Londres, le Dr. Henry Compton. Le 2 mai 1712, il est reçu au grade de Maître ès-arts et continue son enseignement à Hart Hall.

Le 14 octobre 1712, il se marie avec Joanna, une fille de William Pudsey de Kidlington (Oxfordshire). Le mariage a lieu dans l’église de Shadwell (East End, Londres). Après son mariage, en 1713, Desaguliers revient à Londres qu’il avait quittée en 1694. Il habitera Channel Row, Westminster. Recommandé par le Dr Keill, il succède à Francis Hauksbee(1666-1713) comme démonstrateur pour la Royal Society. En 1714, après quatre années de travail pour cette Société, il y est reçu membre (le 29 juillet) sans payer de droit d’entrée, présenté par Isaac Newton, alors président en exercice depuis 1703 (et qui le sera jusqu’à sa mort, le 31 mars 1727, à 84 ans). Il devient alors un ami de Newton.
En 1717, il crée, avec le pasteur anglican James Anderson et d’autres francs-maçons, la Grande Loge de Londres, par fusion de quatre loges de cette ville. Ils abandonnent la maçonnerie opérative pour lui substituer définitivement la maçonnerie spéculative moderne3. Le 8 décembre 1717, il est ordonné prêtre (anglican) à Ely House, par l’évêque d’Ely.

Il est le premier à percevoir l’ampleur de la révolution newtonienne tant pour la physique que pour la représentation du monde. Il développe ces idées et les fait connaître du grand public dans son Cours de philosophie expérimentale. On lui proposera la position de démonstrateur et de curateur des expérimentations. Durant le reste de sa carrière il propagera les idées scientifiques de Newton et leurs applications technologiques.
Cette philosophie naturaliste inspire fortement les Constitutions des Francs Maçons qui sont compilées par le pasteur James Anderson et qui paraissent avec une dédicace de Desaguliers. C’est le texte que la toute récente Grande Loge de Londres (créée en 1717)— dont il est élu Grand-Maître en 1719 — adopte pour règle en 1723, fondant ainsi la Franc-maçonnerie moderne. Ce texte sera remplacé en 1815 par les nouvelles Constitutions dont se dote la Grande Loge unie d’Angleterre, créée en 1813, qui abandonnera le choix philosophique de la religion naturaliste pour la remplacer par un déisme rigoureux.

Voir en ligne : Wikipedia